Citation

Corvis Rebaine d’Ari Marmell

Tome 1 : L’ombre du conquérent

Editeur : Bragelonne

Sortie : 18 novembre 2011

Note : 3 / 5

Quatrième de couverture : 

Ils l’appelaient la Terreur de l’est. Dissimulé derrière une armure enchantée, Corvis Rebaine s’était taillé un passage sanglant à travers Imphallion à l’aide de sa hache forgée par les démons. Pourtant, alors que la victoire était à portée de main, Rebaine s’était volatilisé. Dix-sept ans plus tard, il a abandonné tout rêve de conquête, et même l’apparition de l’ambitieux seigneur de guerre Audriss ne l’incite pas à sortir de sa retraite… Jusqu’au jour où pour sauver le royaume qu’il avait autrefois tenté de conquérir, Rebaine rendosse l’armure noire comme la nuit.

Mon avis (Ilks) : 

L’ombre du conquérant est le premier tome du cycle de Corvis Rebain.

Commençons tout de suite avec ce qui fâche : l’histoire. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle est des plus classiques. Un guerrier vieillissant reprenant les armes pour combattre le nouvel ennemi du royaume. Cela n’est pas sans rappeler Légende de Gemmell! Toutefois à choisir, je préfère cent fois me replonger dans les aventures de Druss!

Pour autant, Corvis Rebaine n’est pas Druss. Corbis Rebaine est juste un ancien envahisseur qui a mis le royaume à feu et à sang. Alors, certes il reprend les armes (enfin surtout sa hache! ) un peu pour défendre sa famille, beaucoup pour aller botter les fesses du jeune présomptueux qui a eu la mauvaise idée de reprendre ses schémas tactiques. Bref, Corvis est tout sauf un gentil héros, ce qui paradoxalement fait tout son charme! D’autant que ce héros vieillissant est accompagné de ses anciens seconds qui ne sont pas non plus des enfants de cœur : un ogre râleur et une sorcière cannibale et un démon!

Ce charmant trio a la lourde tache de pourrir l’existence de Corvis (enfin surtout le démon et l’ogre). La palme revient néanmoins à l’ogre,  sa relation avec Corvis étant pour le moins tendue, l’auteur nous offre de savoureuses joutes verbales qui, je l’avoue, m’ont de nombreuses fois arrachées un sourire. D’autant que le démon, qui s’invite régulièrement dans des conversations qui ne le concernent pas, n’est pas mal non plus.

L’ennemi de Corvis est aussi sympathique que notre héros. Masque de pierre contre masque de squelette jauni, voila en résumé l’affrontement qui nous est proposé. Bien évidemment Corvis va être amené à chercher qui se cache derrière le masque de son ennemi. Sans être véritablement conséquent, le choix de celui qui pourrait être son ennemi est suffisamment large pour qu’on ne se doute pas de qui il s’agit dès la cinquième page. Pour autant, une fois son identité révélée, on ne tombe pas des nu.

Pour parfaire ce tableau, il me reste à vous parler d’un troisième groupe, celui du peuple envahit, ou plus exactement des nobles à la tête de ce peuple. Naturellement, il conviendrait de les appeler les « gentils », mais vu le plaisir qu’éprouvent certains pour la torture, l’adjectif me parait un peu inapproprié.

Une trame sur fond de guerre et de conflits, des protagonistes plus mauvais les uns que les autres; assurément l’univers de ce roman est sombre. C’est d’ailleurs la grande force de ce roman. Rien ne nous est épargné : des morts, de la magie noire, des revenants, une cannibale, bref un condensé de dark fantasy!

Il est regrettable que la fin de ce tome finisse sur une note optimiste, j’aurai adoré que l’auteur aille au bout de son idée et reste jusqu’au bout dans un roman bien sombre.

En résumé, une lecture très agréable, un peu de violence dans un monde de brutes que peut-on espérer de plus?

Corvis Rebaine tome 1 : L’ombre du conquérent d’Ari Marmell

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s