Citation
Les lames du cardinal de Pierre Pevel
 
Intégrale de la trilogie
 
Editeur : Bragelonne 
 
Sortie : Juin 2011
 
765 pages
 
Ma note : 4,5 / 5
 
Quatrième de couverture :
 
Paris,1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grande cours royales d’Europe.
Pour déjouer leur complot, Richelieu dispose d’une compagnie d’aventuriers et de duellistes rivalisants de courage, d’élégance et d’astuce. Des hommes et une femme au talent exceptionnelle, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne: les Lames du Cardinal !
 
Mon Avis (Ilks) :
 
“Tu vas rire, mais je me vois bien écrire une histoire de cape et d’épée avec des dragons et le cardinal de Richelieu”. Pierre Pevel à Stéphane Marsan, son éditeur.
 
J’avoue que la cohabitation entre l’univers d’Alexandre Dumas et des Dragons, m’avait initialement dérangé. Pourtant, une fois le livre terminé je ne peux que tirer mon chapeau à Pierre Pevel.
 
Sa trilogie est merveilleusement agencée. En effet,d’un premier tome se rapprochant d’un roman de cape et d’épée très légèrement saupoudré de fantastique, on bascule avec le second dans un roman d’héroic fantasy. Pour, au final, conclure avec un troisième tome flirtant avec la dark fantasy.
 
Mais, au delà du mélange des genres, la grande force de cet ouvrage est d’avoir su conserver l’héritage de Dumas, même si le rôle de Richelieu est beaucoup plus ambigu que dans l’oeuvre de Dumas ou que les mousquetaires de Dumas, quant à eux, ont un rôle très secondaire voir inexistant.
 
De plus, l’auteur prend un malin plaisir à nous faire traverser un Paris tel qu’il existait à l’époque de Richelieu,  avec un soucis du détail et une écriture visuelle telle qu’on imagine sans mal ce à quoi devait ressembler la capitale à l’époque.
 
Quant aux héros, les Lames, d’un point de vue totalement subjectif, je trouve le groupe très disparate. Si Saint Lucq, Marciac et, dans une moindre mesure Laincourt, sont des personnages haut en couleur qui s’attirent très rapidement notre sympathie, il n’en va pas de même pour le reste de la troupe, le capitaine La Fargue en tête!
 
Pour autant, « Les lames du cardinal » font parties de ces livres rares, où une fois le livre terminé, vous avez la désagréable impression d’avoir perdu des amis.
En un mot, une trilogie tout simplement magnifique !
 
Un conseil pour les amoureux du merveilleux ou pour les néophytes de la fantaisie, lisez le !

Les lames du cardinale : intégrale de Pierre Pevel

Publicités
par ilkscodex Posté dans Fantasy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s