Citation

La voie du cygne de Laurent Kloetzer

Sortie : Juin 2001

Editeur : Folio SF

Note : 5 / 5

 

 

 

Le quatrième de couverture :

Pour Jeophras Denio, rien n’est impossible ! Tout le monde sait qu’il est le meilleur inventeur de la ville. Si seulement son engin volant arrivait à fonctionner…     Mais quelle machine, quelle équation pourrait l’aider à conjurer le malheur de sa fille Carline ? Elle a été jetée en prison à la suite d’une réception au palais. Pour elle, c’est la potence, s’il ne parvient pas à l’innocenter du meurtre de Nerio de Lethys.     Endosser le rôle d’un détective n’est pas une mince affaire, même avec l’aide d’un garçon débrouillard comme Alexis. Mais Jeophras ne pensait pas se faire piéger dans un tel engrenage… Dvern est une cité d’intrigues où les puissants jouent à des jeux dangereux. Lequel d’entre eux convoite le pouvoir ? Qui, à la cour, fomente ce complot ? Une séduisante comtesse, un maître d’armes, le prince en personne ?     Jeophras ferait bien de se méfier, s’il ne veut pas tomber au fond du labyrinthe. Derrière cette affaire se cache un mystérieux secret, vieux de dix-huit ans… Mais pour le découvrir il vous faudra pratiquer le jeu de l’oie. Suivez donc Jeophras sur la Voie du Cygne…

Mon avis (Ilks) :

Je n’avais pas lu la quatrième de couverture ni ne connaissais l’auteur, quand j’ai traversé tout Paris pour essayer de me procurer ce roman. Mon libraire m’avait simplement dit : « lis le, c’est magnifique. »

Autant le dire tout de suite c’est probablement l’un des plus beaux livre que j’ai lu.  Et pourtant au moment où j’écris ces quelques lignes, je ne sais pas comment le chroniquer, je n’ai vraiment qu’une seule chose à vous dire : j’ai adoré, faites comme moi, courez acheter ce livre.

Ce livre est à ce jour un roman indépendant, il n’est donc pas nécessaire d’être un familier de l’oeuvre de Kloetzer pour prendre plaisir à lire ce roman.

L’histoire débute tambour battant, peut être même un peu trop vite et part un peu dans tous les sens. Faute d’avoir tous les éléments, tel le protagoniste principal du roman Jéophras, le lecteur se laisse porter et avance complètement à l’aveugle. D’autant que l’auteur en construisant son roman tel un labyrinthe, envoie son lecteur sur autant de fausses pistes ou culs de sac que possible. A l’instar de Jéophras, on avance dans le flou le plus total. Du coup, deviner la conclusion du roman est presque impossible.

Si Jéophras est le personnage central de ce roman, c’est le prince Jaran qui m’a tout de suite plu. C’est une personne totalement ambiguë, tantôt allié de Jéophras, tantôt ennemi. Il distille ses informations avec parcimonie et seulement quand cela sert ses intérêts. Et malgré cela il est difficile de ne pas l’apprécier. Selon moi, il est la véritable plaque tournante de cette histoire : en effet, qu’ils l’apprécient ou le détestent, tous les personnages gravitent autour de lui.

J’ajouterai que ce roman fait parti de ces livres qui sont difficilement classables. A travers, la voie du cygne, l’auteur flirt légèrement avec la fantasy, reprend à son compte une histoire mythologique, écrit un roman « policier historique » et évidemment y ajoute une large dose d’aventures. En un mot, c’est un savant mélange entre différents genres, qui a su me ravir tout au long de ma lecture.

Au risque de me répéter et en guise de conclusion, je vous redonne ce précieux conseil : courrez vous le procurer!!

La voie du cygne de Laurent Kloetzer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s