Les héritières tome 1 : il était une fois un duc de Tessa Dare

Il était une fois un Duc (Les Héritières, #1)Il était une fois un Duc de Tessa Dare
My rating: 5 of 5 stars

Tome 1

J’ai lu

384 pages

mars 2016

 

Présentation de l’éditeur :

Petite, Isolde Goodnight croyait aux histoires merveilleuses de son père, un écrivain à succès. À vingt-six ans, l’adversité lui a fait renoncer à ses rêves d’enfant. C’est alors qu’une lettre lui annonce un héritage inattendu. Pleine d’espoir, Isolde puise dans ses derniers deniers pour rejoindre Gostley Castle. Là-bas, elle est terriblement déçue : son parrain ne lui a pas légué d’argent, mais un château sinistre ! Pire, l’ancien propriétaire y réside toujours. Un malotru balafré, qui se présente comme le duc de Rothbury et… qui est aveugle. Comment pourrait-elle décemment le chasser de cette demeure, désormais leur seul refuge à tous deux ? Le conte semble tourner au cauchemar, mais les bonnes fées ont plus d’un tour dans leur baguette.

Mon avis :

Ce roman est le premier tome d’une trilogie.

Ainsi, on suit les aventures de Isolde, jeune femme de 26 ans dont le père est mort en laissant l’intégralité de son héritage à un cousin. Isolde se retrouve donc sans le moindre bien ni possession. Heureusement que son père était célèbre car la communauté de ses fidèles lecteurs est la seule chose sur laquelle Isolde peut se reposer. Aussi, quand elle reçoit un courrier l’informant d’un héritage, elle n’hésite pas une seconde et quitte tout pour se rendre à l’adresse indiquée.

Seulement, en arrivant, elle va découvrir que l’affaire est loin d’être entendue et va se heurter au duc de Rothbury bien déterminer à se débarrasser de l’indésirable. Dès lors, nos deux héros vont n’avoir nul autre choix que de cohabiter le temps de débrouiller les choses. Et quelle cohabitation, Isolde est loin d’être au bout de ses peines !

En effet, le duc est un homme meurtri pas seulement physiquement mais également dans son âme. Quant à Isolde, il s’agit d’une jeune femme mal dans sa peau qui souffre de la concurrence avec son double fictif. Les fans les plus fervents des romans de son père manifestent certaines attentes à son égard, ce qui se traduit par une pression quasi constante pour Isolde, d’autant plus que certaines d’entre elles sont difficiles à réaliser.

Enfin, le Duc comme Isolde vont apprendre beaucoup sur eux-même au contact l’un de l’autre. Ainsi,Isolde va enfin vivre dans la réalité une histoire digne de celle que son père écrivait à son propos.

Tassa Dare nous offre ici, en quelque sorte sa version de la belle et la bête avec toute une réflexion sur les apparences, sujet auquel l’époque du roman se prête bien.

Une histoire drôle et touchante dans laquelle, l’auteure ne ménage ni ses personnages ni ses lecteurs, multipliant les rebondissements et épisodes rocambolesques !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s