Martha et Alan d’Emmanuel Guibert

Martha & Alan : D'après les souvenirs d'Alan Ingram CopeMartha & Alan : D’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope by Emmanuel Guibert

My rating: 4 of 5 stars

L’association

120 pages

septembre 2016

Présentation de l’éditeur :

Martha et Alan, nouveau volet de la vie d’Alan Ingram Cope, nous replonge dans son enfance. Avec cet aparté, Emmanuel Guibert s’attache à un épisode tout particulier de ses jeunes années, celui d’une amitié qu’il noue dès l’âge de 5 ans avec une petite fille de son école, Martha Marshall.

Entre les jeux, les bêtises d’enfants et les rendez-vous hebdomadaires dans l’église presbytérienne de sa communauté, on retrouve Alan, bientôt orphelin, et son quotidien de petit Californien dans une Amérique des années 1930 marquées par la Grande Dépression. Les années passant, Martha, figure qui a accompagné sa prime jeunesse, s’éloigne peu à peu à l’adolescence, jusqu’à des retrouvailles furtives, la vielle du départ d’Alan pour l’armée.

Avec ces souvenirs au timbre nostalgique, Emmanuel Guibert nous fait entendre une nouvelle fois la voix d’Alan et laisse transparaître avec pudeur les regrets qui se mêlent à l’évocation de celle qui fut son premier amour. Un récit, tout en couleurs, composé d’images en double page, qui restitue une Amérique surannée grâce à un dessin plus que jamais somptueux.

Mon avis :

Martha et Alan est un roman graphique racontant l’histoire d’Alan lorsqu’il a rencontré pour la première fois Martha. A l’époque, ils étaient de jeunes enfants.

Il s’agit du premier amour d’Alan, même si celui-ci ne se concrétisera jamais. Or, la vie va avoir de cesse de les séparer. Alan va pourtant la retrouver deux ou trois fois. l’histoire est racontée du point de vue d’Alan avec un langage faisant pensé que c’est l’enfant qui se souvient de cette période pour nous la narrer.

Chaque double page est constitué d’un grand dessin souvent un flou correspondant sans doute à la thématique des souvenirs lointains. sur ces dessins figure un court paragraphe narratif, quelque rare fois une ou deux bulles.

Il y également un jeu des couleurs. toutes les planches en rapport avec Martha sont colorée et vive celle avec sa belle-mère par exemple sont extrêmement sombre.

L’auteur nous offre une histoire attendrissante et mignonne qui se lit avec facilité et légèreté.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s